loader image
telecomreviewafrica.com

Typography

Les technologies de l’information et de la communication gèrent actuellement nos vies. Il va sans dire que nous sommes devenus dépendants de ces technologies qui ne cessent d’évoluer, facilitant ainsi nos tâches quotidiennes et façonnant toutes les industries sans exception. L’impact positif des TIC s’est clairement concrétisé par les opportunités qu’elles offrent en termes de croissance, amélioration des services et inclusion financière, sans oublier leur impact sur l’économie du pays en général. La région du Maghreb possède, sans aucun doute, tous les éléments qui lui permettent d’en tirer profit pour renforcer le secteur des télécommunications.

Les pays du Maghreb sont déjà embarqués dans la voie du numérique et élaborent stratégies et plans d’actions visant à intégrer les TIC dans différents secteurs et aspects de la vie quotidienne. Les opérateurs œuvrent pour améliorer leur réseau et le moderniser afin d’offrir les meilleurs services à leurs abonnés. En effet, la 4G est désormais disponible au Maroc, en Tunisie et en Algérie et les opérateurs veillent à couvrir tout le territoire du pays où ils opèrent.

Ces trois pays ont déployé des efforts afin de surmonter tous les obstacles et faire face à toutes les circonstances dans le but de développer le secteur numérique et garantir une place de choix sur la carte internationale technologique.

Cas du Maroc

Deux acteurs institutionnels interviennent fortement dans le secteur desTIC au Maroc : le ministère de l’Industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique (MCINET) et l’Agence nationale de règlementation des télécommunications (ANRT). Au niveau du marché, trois opérateurs se partagent les offres fixe, mobile et internet, à savoir Maroc Télécom, premier opérateur fixe et mobile, Meditel et Inwi.

Le secteur des télécommunications et TIC au Maroc est en plein essor et en évolution constante grâce au potentiel existant au niveau de ce pays maghrébin. En effet, selon les analyses de l’Agence nationale de règlementation des télécommunications (ANRT), le parc internet fixe et mobile a atteint 19,24 millions d’abonnés, portant le taux de pénétration de l’internet à 55,21%.  Il est en hausse de 5,4% en comparaison à celui enregistré fin mars 2017 et de 29,27% sur une année. Cette tendance confirme que l’internet représente actuellement le levier de croissance du secteur des télécommunications.

Le parc de la téléphonie mobile s’élève à 42,05 millions d’abonnés aux réseaux mobiles (2G, 3G et 4G). Ce marché a enregistré des hausses de 0,64% durant le deuxième  trimestre 2017 et de 1,48% par rapport à la même période de l’année précédente. Le taux de pénétration de la téléphonie mobile a atteint 120,66% fin juin 2017.

Le revenu moyen par minute de la téléphonie mobile (ARPM) est en stagnation par  rapport à celui de la même période de 2016 et s’est établi à 0,23 DHHT/ (Dirhams  marocains)/min fin juin 2017. Quant au revenu moyen par minute de la téléphonie fixe (ARPM), il a atteint 0,98 DHHT/ min fin juin 2017 et le revenu mensuel moyen de l’Internet a atteint 25 DHHT/client fin juin 2017, contre 24 DHHT/client fin juin 2016.

Le Maroc mise sur les technologies de l’information, comme levier de croissance à tous les niveaux, technologiques ainsi qu’économiques. Partant de cette ambition, il a investi dans plusieurs zones technologiques et a développé des plates-formes industrielles intégrées.

Dans le même contexte, le royaume a œuvré pour mettre en place une administration électronique afin de renforcer la présence des institutions publiques sur le Web. Plusieurs initiatives et stratégies ont été élaborées pour promouvoir l’e-gouvernement.

Le paiement électronique y est aussi en pleine croissance. Les transactions en ligne et paiements par cartes marocaines ou étrangères sont en continuelle croissance annuelle et on constate l’augmentation du taux du réflexe de paiement en ligne.

Cas de la Tunisie

L’année 2016 a témoigné du lancement de l’exploitation officielle de la technologie mobile 4G en Tunisie. En 9 mois d’activité, les opérateurs se sont efforcés à couvrir une bonne partie de la population. Ooredoo détient la palme du plus grand pourcentage, avec 70,4% de couverture, contre 68,9% pour Orange et 63,4% pour Tunisie Télécom.

D’après les derniers chiffres publiés par l’Instance nationale des télécommunications (INTT), la plus grande augmentation du chiffre d’affaires a été enregistrée par le marché de donnée fixe avec 10,8 millions TND (dinars tunisiens) supplémentaires au cours de ce trimestre par rapport au dernier trimestre de l’année 2016, suivie par celui de donnée mobile avec 2,8 millions TND supplémentaires, tandis que les marchés de la téléphonie mobile et de la téléphonie fixe ont enregistré de légères diminutions au cours de ce trimestre.

Au cours du premier trimestre de l’année 2017, l’augmentation du chiffre d’affaires de donnée mobile a été enregistrée par tous les opérateurs. La plus importante de ces augmentations a été constatée chez Tunisie Telecom qui a connu une augmentation remarquable de 1,7 millions TND au cours de ce trimestre, soit un taux de croissance trimestriel de 6,8%, suivie par Orange Tunisie, avec une hausse de 0.9 million TND, soit un taux de croissance trimestriel de 2,7%. Ooredoo Tunisie, quant à lui, a enregistré une hausse de 0,1 million TND seulement au cours de ce trimestre, soit un taux de croissance trimestriel de 0,2%.

Le parc de la téléphonie fixe s’est établi à 1007,8 mille abonnés à fin du premier trimestre de 2017, marquant une progression trimestrielle de 3,4%. Le nombre d’abonnements fixes a enregistré une augmentation de 32,8 mille abonnements au cours du premier trimestre de 2017, soit une croissance trimestrielle de 3,4%.

Le taux de pénétration des ménages abonnés à la téléphonie fixe continue sa croissance et a atteint le seuil de 34,9% à la fin du premier trimestre de 2017, enregistrant ainsi une augmentation de 1 point par rapport au dernier trimestre de 2016.

Au cours du premier trimestre de 2017, Tunisie Telecom détenait encore la plus grande part de marché de la téléphonie fixe calculée sur la base du nombre d’abonnements avec un taux de 85,1%, malgré une diminution de 2,5 points enregistrée à la fin de ce trimestre. Ooredoo Tunisie et Orange Tunisie, quant à eux, ont affiché une augmentation de leurs parts de marché respectivement de 1,9 point et 0,7 point, et cumulent ainsi respectivement 7,2 % et 7,7 % de part de marché sur la base d’abonnements.

En ce qui concerne le parc total de la téléphonie mobile au cours du premier trimestre de 2017, il a enregistré une diminution de  87,1 mille abonnements, enregistrant de ce fait une décroissance de 0,6% par rapport au trimestre précédent.

Le nombre d’abonnements à la téléphonie mobile des opérateurs Tunisie Telecom, Orange Tunisie a diminué au cours de ce trimestre, respectivement de 75,4 mille, 7,7 mille et 4,6 mille, contrairement à Ooredoo Tunisie, qui a enregistré une légère augmentation de 0,6 mille nouveaux abonnements à la même période.

Au cours du premier trimestre de 2017, le taux de pénétration de la téléphonie mobile  s’est établi au seuil de 124,4%, après avoir enregistré une diminution de 1,2 point à la fin de ce trimestre. Il convient de noter que cet indicateur ne reflète pas réellement la pénétration de la population vu qu’une bonne partie des abonnés mobiles disposent de plus d’une carte SIM.

En termes de part de marché sur la base du nombre d’abonnements, Ooredoo Tunisie et Orange Tunisie ont enregistré chacune une légère augmentation de leurs parts, respectivement de 0,2 point et de 0,1point au cours du premier trimestre de 2017, contre une baisse de 0,3 point pour Tunisie Telecom. Ceci dit, Ooredoo Tunisie conserve encore la plus grande partde marché avec un taux de 40,2%.

Cas de l’Algérie

L’année 2016 a été marquée aussi par le lancement de la 4G en Algérie et par son développement très rapide comparativement au lancement de la 3G. Le parc global de la téléphonie mobile a enregistré une augmentation de 3,65 millions abonnés actifs au cours de l’année 2016, soit une hausse de 8,41% par rapport à celui de la même période de l’année précédente.

Sur les 47 millions d’abonnés actifs, 20,362 millions sont des abonnés au réseau GSM soit 43,28%, 25,215 millions d’abonnés au réseau de troisième génération (3G) soit 53,60% et 1,465 millions d’abonnés au réseau de quatrième génération (4G) soit 3,11%.

En termes de part de marché de la 3G sur la base du nombre d’abonnements, Mobilis et Djezzy ont enregistré une augmentation pour atteindre respectivement 41,4 % et 29,56%, alors qu’Ooredoo Algérie  a enregistré une diminution enregistrant ainsi une part de marché de 29,30%.

Quant à la part de marché de la 4G, Mobilis et Djezzy ont enregistré des pourcentages très proches de 48,65% et 48,27% respectivement, alors qu’Ooredoo Algérie a enregistré une part de marché modeste de 3,08%.

Pour ce qui est de l’évolution du chiffre d’affaires du secteur des télécommunications fixe et mobile, l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications (ARPT) révèle un bilan provisoire de 444 milliards de DA (dinars algériens), soit une augmentation de 11 milliards de DA en valeur absolue, représentant une croissance de 2,54% par rapport à celui enregistré au titre de l’exercice 2015.

 

Le secteur des TIC et télécommunications dans la région du Maghreb connaît chaque année une croissance incontestable qui se reflète par la réussite des entreprises, opérateurs, et initiatives lancées dans ce domaine. Il va sans dire qu’un énorme potentiel réside au niveau de ces trois pays qui sont sur la bonne voie de la numérisation. 

Pin It

Dernier Numéro