loader image
telecomreviewafrica.com

Typography

Lors d’un entretien à la radio Alger Chaîne 3, Brahim Boumzar, le ministre algérien de la Poste et des Télécommunications, a annoncé que la technologie mobile de cinquième génération ne figure pas dans les priorités immédiates de son département, puisqu’elle ne profitera pas aux consommateurs. D’ailleurs, son ministère est focalisé pour le moment sur la fourniture d’une bonne 4G aux Algériens. Il préfère améliorer la couverture 4G avant de passer à la 5G.

« Nous travaillons de manière pragmatique. Nos installations actuelles sont 5G Ready. Au moment opportun, nous lancerons la 5G [...] Quand avons-nous lancé la 4G ? Entre la 3G et la 4G il n’y a pas eu un grand laps de temps. Il faudrait que les opérateurs arrivent aussi à amortir leurs investissements [...] Pour le moment l’essentiel est d’offrir un débit respectable à nos citoyens. D’abord, il faut offrir une bonne 4G et au moment opportun on pourra aller vers d’autres générations », a affirmé le patron du secteur TIC et Télécoms.

Après le lancement de la 3G en 2013, les Algériens ont commencé à accéder à la 4G trois ans plus tard. Quatre ans après, la couverture du territoire national en 4G laisse toujours à désirer. Les consommateurs se plaignent de la mauvaise qualité de service. Mobilis, Djezzy et Ooredoo ont d’ailleurs été sanctionnés financièrement en septembre 2020 pour cette faiblesse.

Pin It

Dernier Numéro