loader image
telecomreviewafrica.com

Typography

La Banque africaine de développement (BAD) a révélé que les pays africains ont le potentiel pour faire face aux défis de la quatrième révolution industrielle. En effet, en 2019, près de 6500 startups technologiques se sont établies en Afrique dont 10% développent des applications qui caractérisent la 4ème révolution numérique.

Un rapport mené par la BAD et Technopolis montre qu’un capital de plus de $100 million a été investi en 2019 dans des startups dans le domaine de l’internet des objets en Afrique. Il est prévu que le marché va atteindre une valeur de $12,6 milliards d’ici 2021 en Afrique et Moyen-Orient. En outre, les startups dans le domaine de l’intelligence artificielle et celles dans le domaine de la blockchain ont attiré respectivement $17,5 million et $14,9 million en 2019.

« C’est un opportunité pour que le continent accueille le changement et saisisse de nouvelles opportunités  au moment où cette révolution se passe partout dans le monde », a indiqué Abu Mukhtar, directeur du département industriel et commercial chez la BAD.

Selon le rapport, certains facteurs pertinents sont essentiels pour améliorer la capacité d'un pays à utiliser des technologies émergentes, mais, plus important encore, pour les outiller en vue de développer des applications de marché. Ces facteurs sont notamment relatifs au capital humain, à la gouvernance, aux politiques et à la réglementation, ainsi qu’aux systèmes de soutien à l'entrepreneuriat, à l'innovation et à l'accès au financement.

 

Pin It

Dernier Numéro